mardi 2 février 2016

Basilique : les plans


Comme promis voici les plans presque finalisés pour la construction de ma grande bibliothèque à Frostgrave.

La façade latérale interne est celle sur laquelle s'appuie tout le reste du bâtiment. Ce n'est qu'une fois réalisé que j'ai pu travailler sur le reste.


Avec le choix d'une terrasse plutôt que d'un toit couvert, les côtés du bâtiment se sont simplifiés. Il sera un peu moins harmonieux mais plus jouable.


Il n'y aura pas de façade. J'ai décidé que ce serait elle qui serait en ruine permettant ainsi un accès facile à nos gros doigts pour bouger les figurines à l'intérieur du bâtiment. 


J'étais parti initialement sur une abscyde rectangulaire, mais ce n'était pas très jolie. Je me suis donc lancé dans une adaptation du modèle (St Sophie) avec des dômes imbriqués comme une sorte de défit. Certainement parce que le bâtiment n'était pas assez complexe à réaliser :D
C'est là que la technologie de la découpe laser devrait m'aider à réaliser les gabarits qui me permettront de découper avec une relative précision et efficacité les différents niveaux de cette abscyde impossible à découper au cutter.
 

J'espère que très bientôt je serai en mesure de vous montrer l'avancée des travaux. Ça me parait simple car bien ficelé mais je pense que ça va me prendre pas mal de temps.

Stéphane

dimanche 31 janvier 2016

Basilique : la génèse

Ma vision de mon frostgrave à moi est une cité antique méridionale prises dans des glaces incongrue sous ces latitudes. J'ai donc élaboré une ville monumentale avec quelques bâtiments sympathiques. Après le corridor mais avant le panthéon qui m'a servis de test, j'ai conçu une basilique future grande bibliothèque de la cité engloutie par les glaces.

Le but de cet article est de montrer l'évolution entre un concept abstrait jusqu'à l'élaboration des plans finaux.



L'inspiration me vient tout droit de St Sophie qui est l'un des bâtiments qui m'a le plus frappé lors de sa découverte, et même si j'ai eu l'occasion d'y retourner plusieurs à plusieurs occasions, à chaque fois il m'a impressionné. Les volumes internes dépassent toutes les autres basilique religieuse occidentales avec leur plan étiré pour figurer une croix. C'est peut être conforme aux canons mais ridicule d'un point de vu architectural et harmonieux.
Seules les mosquées stambouliotes et  les ruines romaines ou leur restes récupérés (Panthéon, thermes de Caracala, Ste Marie des anges et des martyres, tous trois situés à Rome) laissent entrevoir la possibilité de volumes presque aussi impressionnants.



Il a fallu aussi concevoir un bâtiment fonctionnel pour le jeu dans la mesure où il été à prévoir qu'il aller prendre pas mal de place sur l'aire de jeu et aller y jouer un rôle si pas central, au moins déterminant.


Après d’infructueux calculs pour couvrir les déambularium, j'ai fini par opter pour des terrasses qui peuvent donner une toute autre dimension au jeu en exploitant la hauteur. Et je ne dis pas ça par ce que je joue un cryptomancien qui se régale avec son sort "pousée" :D



La pièce maîtresse du bâtiment est son dôme fait avec une demi-sphère de polystyrène trouvé dans les magasins de loisir créatif. Des dimensions des sphères disponibles découlent toutes les autres.

Le plus dur a été de concilier des dimensions relativement restreintes pour pouvoir loger sur une table de jeu et avoir un encombrement minimum, avec les matériaux dont je disposai et notamment l'épaisseur des murs potentiels : Dépron et polystyrène de 20, 9 et 6 mm d'épaisseur.Mine de rien, l’épaisseur de ces murs potentiels m'a conduit à faire des choix pour conserver l'harmonie du bâtiment (au moins sur le papier).

Le plus drôle c'est que dans un premier temps j'ai choisi de m'éloigner du modèle pour simplifier les choses, mais en réalité, après plusieurs calculs et dessins pour visualiser les proportions, j'ai du plus qu'y retourner.


La prochaine fois ce sera pour vous montrer les plans finalisés.

Stéphane

jeudi 28 janvier 2016

Panthéon des dieux et déesses oubliés


Ça y est, le panthéon est terminé ainsi que les statues qui vont avec.


Quelques images pour voir les différentes options sans et avec les statues (figurines Foundry)


A part celui du grand badec, les socles sont pourris. Pas eu le temps ni l'envie de faire beaucoup mieux. De toute manière, ils seront facile à changer lorsque j'aurai trouvé ou fait mieux.

Un gif pourri ci-dessous puisqu'il manque des étapes et que la rotation n'est pas terrible.




L'image d'introduction est prises avec quelques personnages 15mm de mon donjon pour une petite mise en situation.

Maintenant que les tests sont faits, je vais pouvoir me lancer dans le grand projet de la basilique.

STéphane

mercredi 27 janvier 2016

FROSTGRAVE - régles optionnelles - Les races fantastiques

ET hop, pas d'univers médiéval fantastique sans les grands classiques que sont les elfes, les nains et les hobbits, voir les demi-orcs.

Je me suis donc fendu d'un petit amendement pour prendre en compte les spécificités de chacune d'entre elles histoire de nous amuser encore un peu plus.

Tous est là (on clique sur les images pour les avoir en grand) :


En espérant que cela puisse servir à certains ;)

STéphane

lundi 25 janvier 2016

Panthéon avancée des travaux


Un mois de travail s'est écoulé depuis le dernier point et ça avance (très) doucement. Mais je n'ai jamais été aussi proche de la fin.
Je vous met quelques photos faites à l’arrache sur un coin de table. On aperçoit aussi la collection de statues divines qui a été peinte à cette occasion.

Comme précédement, la boule de polysturène a été décaissée au fil chaud, mais cette fois, j'ai utilisé mon thermocutter. C'est un peu mieux, mais ce n'est pas encore la panacée.

Le défi du jour consistait à faire des colonnes en marbre rouges, histoire de coller à la notion de construction monumentale et aussi de mettre un peu de couleur dans ce monde gris et blanc. Bref, de faire un test.


Les colonnes ont été réalisées sur un tube plastique de modéliste evergreen de 8mm de diamètre et j'ai suivie la procédure suivante :

1° - Peindre sur un support blanc brillant lisse, propre et sec. évitez de le peindre si ça laisse des traits de pinceaux.
2° - Déposer quelques gouttes de peinture très diluée.
3° - Pousser ces gouttes tout au long de la surface à l'aide d'un sèche cheveux réglé sur la température la plus froide.
4° - Recommencer l'opération jusqu'à ce que vous soyez pas trop mécontent.
5° - Dessiner de très fines lignes avec votre couleur brut afin de figurer les veines du marbre. Initialement, je peignais des lignes blanches aussi, mais ce n'est vraiment pas nécessaire.

Il est recommandé d'avoir un pinceau extrêmement fin et d'observer un marbre pour vous inspirer du motif de ses veines.




Bon, il me reste à faire les colonnes cassées et peindre le socle du gros dieu. Après ça, je pourrai me lancer dans la construction de ma basilique.

STéphane

jeudi 21 janvier 2016

Confession d'Histoire


Un petit article sur une mini web série qui tente de combiner humours et savoir. Confession d'Histoire, sont des petits pseudo-documentaires présentant des interview de personnages historiques parlant des événements qu'ils ont vécus et auxquels ils ont participé.
Historiquement c'est assez pointu. Dans les limites du format, vidéo d'une dizaine de minutes, ça ne se contente pas de survoler le sujet et ça aborde souvent des problématiques historiques annexes. A la fin du visionnage on dispose d'une synthèse de bonne facture du sujet.
Les ressorts comiques sont nombreux. ils ne sont pas tous hilarants, mais les situations, le mimiques, les présupposés, et les références plus ou moins culturelles aux temps présents rendent le visionnage très agréable.

Pour l'instant il n'existe que trois épisodes. J'ai bien aimé celui sur la première croisade. J'ai trouvé incomplet mais un peu longuet celui sur Aliénor d'Aquitaine. Faut dire que le sujet est complexe et mériterait peut être un second épisode.



Mais c'est celui sur la guerre des gaules que je retiens. Pas nécessairement par ce qu'il est plus marrant ou mieux fait, ce qui reste une question de goût mais par ce que j'adore la mise en situation de Tête De Con alias  Jules César (blague privée). J'ai aussi eu un petit faible pour le lancé de sandale. Les amateurs apprécieront le clin d’œil.


Stéphane

mercredi 13 janvier 2016

FROSTGRAVE: partie de test


 J'ai craqué, plus possible d'attendre d'avoir fini quoi que ce soit, il fallait se mettre à jouer et pas seulement pour entretenir la flamme productiviste.

Première partie sur un support rapidement peint en gris et séché au sèche cheveux pour qu'il ne colle pas trop :D. Quelques éléments de terrain qui traînent, principalement prévus pour du 25mm. On reconnaîtra les incontournables ruines Pegasus et les non moins célèbres piliers de la Moria.

Deux bandes se sont affrontées:

Oui, bon j'ai pas eu le temps de peindre les trois malheureux chiens, de toute manière ils n'ont servis qu'à rapporter des XP à leur adversaire.

Un élémentaliste avec 3 fantassins, deux archers, un arbalétrier face à un cryptomancien (Scriptomancien plutôt non?) avec une meute de 3 chiens, 2 voleurs, un chasseur, un archer et un chasseur de trésor.


Le cryptomancien n'a pas réussi un seul sort de toute la partie à part un enchantement d'arme qui lui a coûté un PV sinon il était raté. La partie a été équilibrée. Elles s'est résumée à une course pour prendre les trésors accessibles. Rapidement le cryptomancien a sorti ses trois trésors avec ses deux voleurs et son chasseur de trésor.

Peu d'éliminés: L'arbalétrier et les trois chiens seulement. Beaucoup de blessés chez l'élémentaliste.
Bien sûr à la fin de la partie nous nous sommes aperçu qu'on avait oublié :
  • De faire rentrer les monstres lorsqu'on mettait la main sur un trésor.
  • De perdre des PV lorsque nos mages loupaient leur sort.
  • De mettre en jeu le chasseur du cryptomancien qui était resté cuver à la taverne sans aucun doute.
On s'est bien amusé, mais s'est vrai qu'il faut mettre en place un truc pour finir la partie. Après avoir sorti ses trésors, le cryptomancien n'avait plus les moyens d’empêcher son adversaire de prendre ceux qui restaient. Du coup, la partie s'est éternisée sans apporter quoi que se soit de plus. Faut dire que nos mages n'avaient pas des sorts très puissants et mortels.

En tout cas, un bon moment qui donne envie de s'y remettre rapidement.

Stéphane


lundi 11 janvier 2016

Découper le polystyrène : le Fil chaud ou Thermocutter


Ce fut mon cadeau de noël de cette année. Le "Pistolet" fil chaud de chez Proxxon. Ça se manie comme un pistolet et ça permet de découper du Polystyrène. Très pratique à priori pour faire des décors.
La vidéo promotionnelle met bien le produit en valeur.

Attention cependant, le principe reste de faire fondre du polystyrène. Ça pu, si pas la mort, au moins le pas-bon-pour-la-santé. A faire donc avec un masque ET dans un endroit aéré (comprendre dehors en pleine nature).

Ce qui m'a surtout plu, c'est qu'il est livré avec des fils dont on peut modifier la forme pour sculpter tout et n'importe quoi dans le polystyrène. Ben, si c'est joli sur le papier en vrai, c'est nettement plus compliqué dans la réalité.


Le fils a du mal à garder la forme qu'on lui a laborieusement donné; surtout lorsqu'il s'agit d'une courbure de cercle. Disons que si on veut faire des découpes relativement précise (arches ....) il ne faut pas trop y compter. (c'est pourtant comme cela que j'ai réalisé les arches du dôme de mon panthéon.)
Très vite, pour guider ce fil, il a fallu faire des tests avec des gabarits. En carton épais ça passe bien vu que ce n'est pas pour une production industrielle et que la chaleur du fil n'est pas suffisante pour y mettre le feu.

Par contre, découper le carton de calendrier à la main c'est pas évident surtout lorsqu'on a des formes courbes.
De plus, pour certaines d'entre elles (murs de bâtiments, travaux précis...), il est bon d'avoir un gabarit de part et d'autre de la pièce de polystyrène. Pour cela, il faut donc faire deux gabarits identiques. Ça complique un peu plus les choses.

C'est là qu’intervient la découpe laser dont nous parlerons dans le prochain épisode.

Stéphane